mardi 2 décembre 2008

[Track By Track] Alejandro Escovedo - Real Animal

Il y a à peine 4 ans, Alejandro Escovedo était pratiquement à l'article de la mort. Le voilà de retour aujourd'hui avec un éclatant témoignage de vitalité et d'énergie. Real Animal, son 9ème album, prend la forme d'une autobiographie, chaque chanson décrivant un lieu, une époque ou une rencontre.



1. Always A Friend
On ne pouvait rêver meilleure entrée en matière que cet ode à la joie et l'amitié incroyablement catchy. Springsteen en personne a invité Escovedo sur scène pour la reprendre. Mise en ligne, la vidéo de la performance a créé le plus énorme buzz de toute la carrière de son auteur. Mieux vaut tard que jamais!

Alejandro Escovedo - Chelsea Hotel '78 (MP3)

2. Chelsea Hotel '78
En 1978, les Nuns - le premier groupe d'Escovedo - débarquent à New York en provenance de San Francisco où ils viennent d'ouvrir pour le dernier concert des Sex Pistols. Ils atterrissent au mythique Chelsea Hotel - "we came to live inside the myth of everything we'd heard" - peu avant le drame de Sid et Nancy - "all we know is they found Nancy in her black underwear dead on the bathroom floor." Le décor est planté pour un titre qui ramène Escovedo à ses racines punk.


Dessin de Daniel Hertzberg
The New Yorker

3. Sister Lost Soul
Dédié à Jeffrey Lee Pierce du Gun Club, Sister Lost Soul - qui réserve quelques clins d'oeil aux productions de Phil Spector - sonne comme une complainte aux âmes perdues du rock'n'roll, ceux qui n'ont connu que la face sombre du tableau.

4. Smoke
Retour au punk sur Smoke. Guitares tranchantes et cordes frénétiques entourent Escovedo qui livre une prestation vocale excentrique.


The True Believers

5. Sensitive Boys
Sensitive Boys renvoie à la période des True Believers (1982-1987), chronologiquement le 3ème groupe d'Escovedo. Cette ballade gorgée de choeurs féminins et ponctuée par un joli solo de saxo rend aussi hommage à tous ces garçons sensibles qui formèrent les groupes de l'époque : Green on Red, Rain Parade, the Replacements, Soul Asylum...

6. People (We're Only Gonna Live So Long)
Cet intermède bluesy est un hymne rassembleur ("Working people, retired people/People with too much on their plate/Skinny people, homeless people/People with nowhere to lay") qu'Escovedo a été invité à jouer à la convention démocrate de Denver. C'est aussi une invitation à empoigner la vie tant qu'il en est encore temps ("We still got time/But never quite as much as we think").



7. Golden Bear
Le Golden Bear était un club de Huntington Beach où Escovedo traînait beaucoup adolescent. La décrépitude de l'établissement fait écho à la maladie du chanteur (une hépatite C) - "there's a creature in my body, there's a creature in my blood" - qui faillit lui coûter le vie en 2003. Musicalement c'est un hommage évident à l'une de ses idoles, David Bowie (les claviers tout droit sortis de Ashes to Ashes). Et pour enfoncer le clou c'est Tony Visconti qui produit l'album.

8. Nuns Song
Nouvelle référence au groupe ses débuts, Nuns Song capture l'esprit de l'époque : "We don't want your approval, it's 1978. We know we're not in tune. We know we'll never be great." Et toujours cet alliage de guitares agressives, cordes classieuses et choeurs exaltés.


Alejandro et Chuck dans le studio

9. Real As A Animal
Comme le résume magnifiquement Chuck Prophet (ex-Green on Red, qui a co-écrit toutes les chansons de l'album), Alejandro Escovedo c'est the Stooges meets Bartok. Il était donc tout naturel que Iggy Pop se retrouve cité comme l'animal sur ce morceau brut de décoffrage.

10. Hollywood Hills
Là on est plus du côté Bartok de la force. Hollywood Hills regorge de cordes délicates pour un tendre retour sur l'amour qui lui fit quitter les collines d'Hollywood.

11. Swallows Of San Juan
Superbe valse, Swallows Of San Juan fait pour Escovedo la promesse du retour. Retour aux lieux de son enfance et à la source de sa passion pour la musique : "I'm gonna crawl upon the shore/Roll in the mud and the clay/Like the swallows of San Juan/I'm gonna get back someday."


Rank & File

12. Chip n' Tony
"All I ever wanted was a four piece band/Yeah we're coming on stron just like an accident" : ainsi naquit Rank & File, le 2ème groupe d'Alejandro Escovedo. Chip et Tony Kinman avaient formé Rank and File sur les cendres de leur combo punk The Dils, rapidement rejoints par Escovedo le temps d'un album, Sundown (1982), pierre angulaire du mouvement cowpunk.

Alejandro Escovedo - Slow Down (MP3)

13. Slow Down
Cette magnifique ballade clôt l'album une fois de plus sur ce qui est son thème central : le temps, celui qui passe, celui qu'on ne peut rattraper et qu'on aurait aimé suspendre. "Slow down, slow down/It's moving much too fast/I can't live in this moment/When I'm tangled in the past."


[MySpace]
[Site officiel]


Acheter Real Animal (2008, Back Porch)

1 commentaires:

daniel a dit…

Salut , je me suis permis de donenr le lien vers ta page à l'ocacsion de mon dernier billet .
Merci !