samedi 13 juin 2009

The Moore Brothers/Linda Draper/Leeroy Stagger

Il devient de plus en plus dur de suivre le rythme des sorties. Citons 3 chouchous de ce blog récemment revenus aux affaires dans une telle discrétion que j'ai bien failli passer à côté d'eux!


The Moore Brothers - Variety (MP3)
Je garde un souvenir ému de Murdered By The Moore Brothers (2006) mais apparemment pas au point de guetter avidement la sortie du nouvel opus des frères Moore. Aptos est sorti il y a 3 mois déjà mais j'ai bien l'intention de me rattraper.


Linda Draper - Time Will Tell (MP3)
La belle new-yorkaise est de retour avec Bridge & Tunnel. A l'écoute de Time Will Tell on se dit que Linda Draper n'a rien de perdu de son talent à trousser des chansons qui n'ont l'air de rien comme ça mais qui vous aspire progressivement et inexorablement dans leur monde.


Leeroy Stagger - Petrified World (MP3)
Je n'ai même pas eu le temps d'évoquer ici l'album d'ESP - Tim Easton + Leeroy Stagger + Evan Philips (Whipsaws) - sorti l'année dernière que Leeroy Stagger vient gratter à la porte avec Everything is Real, successeur à son remarquable Depression River. Merci à Songs:Illinois de m'avoir mis au parfum.

4 commentaires:

Daniel a dit…

J'écoutais justement le Linda Draper cet après midi, très bien. Par contre les deux autres... je vais aller y jeter une oreille !

Sweet Songs Never Last Too Long a dit…

J'avais chroniqué "One For The Ditch" de Easton Stagger Phillips, il y a quelques mois. "Everything I Real" devrait être dans Xroads #20 à paraître cette semaine (à noter que le visuel que tu présentes est celui que je possède, réservé à l'édition canadienne, l'édition européenne est différente). Et, normalement, "Porcupine" de Tim Easton sera dans le numéro 21.

Thanu a dit…

je vois que tu n'en rates aucun, chapeau!
en effet j'ai vu qu'il y avait une pochette différente pour la version européenne mais comme celle-là me plaisait davantage...
je serai à l'affût de tes chroniques évidemment...

saab a dit…

J'ai acheté il n'y a pas lontemps Linda Draper, je l'adore c'est simple et elle m'évoque beaucoup Joni.