vendredi 15 mai 2009

Justin Townes Earle - Midnight at the Movies

Il est assez bluffant de se rendre compte avec quelle facilité Justin Townes Earle s'affranchit, sur son 2ème album Midnight at the Movies, du double poids de son patronyme. Fils de Steve Earle et baptisé du prénom de Townes Van Zandt, JTE choisit de ne marcher dans les pas de ni de l'un ni de l'autre.



Il semble en effet avoir suffisamment assimilé cet héritage familial et culturel pour nous livrer un album personnel et varié. Et le jeune homme de jongler avec les styles : du ragtime (Dirty Rag) au honky-tonk swing (Poor Fool, What I Mean To You) en passant par le folk (Mama's Eyes, Midnight at the Movies) et sans oublier un détour du côté de l'indie-rock (I Can't Hardly Wait, jouissive reprise des Replacements)... rien ne résiste à l'appétit du fils Earle et tant pis pour ceux qui se plaindraient du manque de cohérence de l'ensemble. Si Justin Townes est bien le fils de son père, alors ce superbe album n'est que le deuxième d'une très longue liste.

Justin Townes Earle - Midnight at the Movies (MP3)
Justin Townes Earle - What I Mean To You (MP3)

[MySpace]


Acheter Midnight at the Movies (2009, Bloodshot Records)

4 commentaires:

Sweet Songs Never Last Too Long a dit…

Voici ce que j'écris dans Xroads paru ce jour, à propos du manque de cohérence:

"Le talent éclate à vrai dire au détour de chaque note, de chaque mot. Il y a dans cet album un aspect bric-à-brac qui le rend sympathique mais qui est aussi pour moi la limite de l'entreprise, car il s'écoute plus comme une compilation de singles, tous de qualité au demeurant, que comme un tout. Disque imparfait, il est cependant absolument indispensable (pour les amateurs d'americana ou d'alt country). Mélodiste séduisant, lyriciste inspiré (dans la tradition de la country music, plus que dans celle du folk, c'est-à-dire à bonne distance des thèmes trop politiques), Justin Townes se montre aussi un chanteur sensible et fragile quand il le faut. Il a tout d'un grand, alors n'attendez pas pour découvrir Midnight At The Movies si ce n'est déjà fait. Vous ne pourrez pas dire: "je ne savais pas", quand son étoile brillera au firmament.

À ranger entre Townes et Steve avant que l'emplacement ne soit trop étroit, ce qui se produira immanquablement."

Thanu a dit…

"imparfait et indispensable" c'est bien vu. me reste plus qu'à acheter Xroads pour lire la suite.

dfakenahm a dit…

Mon album préféré de 2009 pour le moment. Je ne perçois pas tellement le manque de cohérence. La reprise des Replacements me bluffe à chaque écoute. Imparfait, je ne sais pas, indispensable oui.

Laurent78 a dit…

Ah bah j'aime beaucoup ce que j'entends. Et dire que je ne possède rien de Steve earle, que j'ai du mal à cerner finalement