mardi 17 juin 2008

Michael Holland - Simple Truths And Pleasures

Il y aurait beaucoup à écrire pour venger l'anonymat dans lequel Jennyanykind, le groupe des jumeaux Holland, traversa les années 90 et le début de cette décennie. Depuis le split du groupe, Michael Holland s'est progressivement éloigné du rock psychédélique qui, pour faire court, faisait la marque de Jennyanykind. La faute à la découverte de la Harry Smith Anthology of American Folk Music qui changea profondément sa vision des choses. Bootlegger's Dreams fut donc en 2003 la première étape d'un processus de retour aux sources de la musique des Appalaches. Conçu alors comme un cadeau de mariage à sa femme, l'album séduisait en tissant des motifs lancinants autour d'un folk encore fortement impregné de psychédélisme. C'est sur une trame franchement bluegrass que se dessinait 2 ans plus tard le sublime Tomorrow American Treasures, plaçant définitivement Holland dans le clan des songwriters de grande classe.

Sorti au début de l'année, Simple Truths And Pleasures est le plus traditionnel de ses efforts solo. Les 14 morceaux ici présents agissent comme autant d'incarnations du Sud intemporel, Holland se plaisant à manipuler les mythes de Lesley Riddle - compagnon de route méconnu de la Carter Family -, du duo de hors-la-loi Bill Payne et Wash Turner ou encore du célèbre fugitif et terroriste chrétien Eric Rudolph. Servies par les talents du groupe bluegrass Big Fat Cap, ces chansons naviguant aux frontières de la country, du folk et du gospel passent du romantisme (How Long Will She Make Me Wait?, I Was Born To Love Her) au contemplatif (Starry Nights, A Life Of Ease) avec la même aisance mélodique. La signature vocale du chanteur finit de faire de cet album un véritable bijou old-time qui tient toutes les promesses de son titre.
[Chronique également publiée sur VoxPopMag]

Michael Holland - Life Of Ease (MP3)
Michael Holland - Bill Payne And Wash Turner (MP3)


Acheter Simple Truths And Pleasures (2008, Moll)

2 commentaires:

David a dit…

je te dois toujours une fiere chandelle pour la découverte de ce chef d'oeuvre qu'est Tomorrows American Treasure (que j'ai réécouté hier d'ailleurs). Quel disque. Mais mis à part le splendide Life of Ease je me demande quand même si ce nouvel album n'est pas un peu trop guindé à mon gout... Enfin bon ça reste du haut niveau. Bravo pour la chronique.

Thanu a dit…

merci, je vois ce que tu veux dire, c'est plus classique, moins audacieux... en-dessous de TAT je reconnais mais très haut quand même!