mardi 5 décembre 2006

Emmylou Harris - Blue Kentucky Girl


1979. Avec Blue Kentucky Girl, Emmylou Harris essaie de retrouver une virginité country. Lassée des critiques des puristes qui lui reprochent un son trop pop/rock (rendez-vous compte, la petite effrontée a osé reprendre sur ses disques précédents des titres des Beatles!), Emmylou est décidé à montrer qu'elle est bien une redneck woman. En résulte donc Blue Kentucky Girl, souvent considéré comme son album le plus country et disque passablement négligé. Une grave injustice que je m'en vais de ce pas réparer.

D'abord, le Hot Band qui l'accompagne depuis Elite Hotel doit encaisser le départ de Rodney Crowell. Non seulement Crowell écrivait quelques chansons pour Emmylou mais il assurait aussi les parties de voix masculine. Déjà présent sur Luxury Liner, c'est Ricky Skaggs qui se charge du remplacement. Et ma foi, il s'en sort pas mal. Tout d'abord, Skaggs est un excellent intrumentiste : il fait des merveilles notamment à la mandoline et contribue à donner une petite touche bluegrass ci et là. Emmylou qui voulait quelque chose de plus traditionnel est servie. Mais l'apport de Skaggs ne s'arrête pas là : il a aussi une voix extraordinaire, si reconnaissable, si country au fond et qui se marie à merveille à l'organe d'Emmylou.

Ensuite, Emmylou n'a pas perdu la main en ce qui concerne l'art de choisir ses chansons. La liste pioche à la fois dans le répertoire "classique" (Everytime You Leave des Louvin Brothers; They'll Never Take His Love From Me de Leon Payne, popularisé par Hank Williams) et chez des auteurs plus contemporains (Sister's Coming Home de Willie Nelson; Hickory Wind de Gram Parsons). Retraité du Hot Band, Crowell lui offre quand même, une fois n'est pas coutume, un nouveau standard : Even Cowgirls Get The Blues, inspiré par Emmylou et Susanna Clark (femme de Guy) et référence au livre culte du même nom signé Tom Robbins. Comme sur tout bon disque de country qui se respecte, l'ambiance est à la peine, chaque chanson aborde le thème des amours perdues ou des désirs impossibles.

Et puis mince alors, qui pourrait rester insensibles aux harmonies belles à pleurer qui peuplent ce disque? Emmylou a une nouvelle fois su s'entourer. Outre l'apport de Ricky Skaggs, les voix de Fayssoux Starling, Don Everly, Dolly Parton ou Linda Ronstadt assurent le contrepoids parfait au chant d'Emmylou. Les soeurs Sharon et Cheryl White ne sont pas en reste, notamment sur le déchirant et bien-nommé Sorrow In the Wind, point d'orgue émotionnel d'un album à réévaluer.

Emmylou Harris - Even Cowgirls Get The Blues (MP3)
Emmylou Harris - Sorrow In The Wind (MP3)

Achetez Blue Kentucky Girl (1979, Rhino Records)

2 commentaires:

Alex a dit…

Encore une fois, tout à fait d'accord avec toi...
Merci :)

Thanu a dit…

L'album avec Knopfler m'a tellement frustré, il fallait que je fasse quelque chose!