lundi 19 janvier 2009

Taylor Swift - Fearless

Taylor Swift est une jeune star comme on en fait plus : elle vend des disques, beaucoup de disques, et bat même quelques records. Chiffres exceptionnels donc, mais rien de plus ordinaire que les chansons de Taylor Swift, littéralement sorties du journal intime d'une adolescente américaine moyenne.

Son premier album avait pris Nashville par surprise il y a deux ans. Truffé de tubes imparables, le disque éponyme témoignait de l'éclosion d'une prodige de 15 ans aux talents bougrement prometteurs.
C'est dire qu'à l'annonce de la sortie de Fearless on attendait la petite Swift au tournant.




Fearless ne fait pas la révolution mais Swift a pris de la bouteille. Sa plume, saluée par rien moins que The New Yorker, allie encore mieux candeur et lucidité. Sur Love Story elle livre sa version idyllique de l'amour en mettant en scène un Roméo et une Juliette modernes qui contrairement aux héros de Shakespeare triompheraient de l'adversité, se marieraient et auraient beaucoup d'enfants. Plus loin, sur White Horse, c'est la douche froide : la chanteuse réalise qu'elle n'est pas dans un conte de fées, qu'elle vit dans un trou paumé et pas à Hollywood, que son prince charmant ne viendra pas la sauver sur son cheval blanc.




Contrairement à ses consoeurs pop-stars, Swift ne fait pas dans la provoc' à deux balles (Kate Perry), ni ne capitalise sur une attitude pseudo-rebelle (Avril Lavigne) : elle mise tout sur la sincérité, la spontanéité... et ça marche!

Sur l'irrésistible Hey Stephen, elle dépeint son béguin pour un garçon avec malice et humour ("All those other girls, well they're beautiful/But would they write a song for you?") mais elle n'oublie pas qu'à 15 ans on est bien stupide ("in your life you’ll do things greater than dating the boy on the football team" sur Fifteen). Plus l'album avance et plus la jeune fille voit ses illusions sur l'amour se fissurer, imposant progressivement la dualité rêve/désenchantement qui sous-tend l'album. Autant de sentiments qui ne sont pas l'apanage de l'âge ingrat, ce qui peut peut-être expliquer le phénoménal succès de Taylor Swift.

The Best Day fait exception dans ce catalogue de situations amoureuses. Cette ode à sa famille aurait pu tomber dans le sirupeux mais la franchise de Swift réussit à faire de cette ballade douce et subtile un moment à part dans l'album.


Cet incroyable talent d'observation et de conteuse ne serait rien s'il était servi par l'habituelle soupe country-pop surproduite et débitée à longueur d'année dans certains studios de Nashville. Le miracle c'est que Swift compose aussi bien qu'elle écrit. Ses mélodies réconcilient fraîcheur et efficacité, sa voix impose une légéreté agréable, et qu'importe si quelques morceaux se retrouvent parasités par des guitares rock FM, le plaisir de l'addiction est trop fort. La production, claire et spacieuse, finit de vaincre les dernières réticences que l'on pouvait avoir face à ce qui est somme toute une énorme machine marketing. C'est finalement le beau paradoxe de Fearless : quand un produit mainstream et professionnel coïncide avec une oeuvre personnelle et sincère.


Découvrez Taylor Swift!


[Site officiel]
[MySpace]


Acheter Fearless (2008, Big Machine)

4 commentaires:

saab a dit…

C'est vrai q'uelle possède une jolie voix, tellement dommage pour la production mais il ne faut pas bouder notre plaisir c'est une demoiselle talentueuse.

Thanu a dit…

je trouve que c'est pas si mal produit que ça. bon c'est calibré country-pop mainstream mais dans le genre c'est bien foutu. on pourrait appeler ça mon guilty-pleasure sauf que j'ai aucune honte!

Laurent a dit…

On a envie de savoir ce qu'elle fera dans quelques années. J'ose espérer qu'elle ne restera pas dans cette production ou du moins, qu'elle aura quelques projets parallèles bien à elle.

delphine a dit…

Forum français sur Taylor Swift:

http://taylorswiftfr.forumactif.net