vendredi 30 novembre 2007

Gary Louris - True Blue


Gary Louris - True Blue (via Songs Illinois)
Vagabonds sort le 8 février.


mardi 27 novembre 2007

Dwight Yoakam + The Derailers - Hommages à Buck!


Qui mieux que Dwight Yoakam pouvait légitimement, un an après sa mort, consacrer un album de reprises à Buck Owens? Lui qui chanta en duo avec le maître et qui surtout porta haut l'étendard du Bakersfield Sound pendant deux décennies. Sur Dwight Sings Buck, Yoakam donne le meilleur de lui-même sur des versions fidèles mais personnelles des hits que furent Act Naturally, Under Your Spell Again ou Together Again.
Héritiers plus modestes de Buck Owens, les Derailers se montrent des disciples appliqués sur l'explicite Under The Influence of Buck. Ce n'est pas la crédibilité honky-tonk qui manque aux Texans et avec une telle collection de tubes l'album est forcément un régal.
Si l'on devait choisir, je conseillerais bien sûr Dwight Sings Buck, parce que l'album est beaucoup plus maîtrisé et que Yoakam est un chanteur définitivement exceptionnel. Mais peu importe, tant que ces deux hommages incitent chacun à se pencher sur l'oeuvre inestimable de Buck Owens.

Dwight Yoakam - Under Your Spell Again (MP3)
The Derailers - My Heart Skips A Beat (MP3)


Dwight Yoakam - Close Up The Honky Tonks


Acheter Dwight Sings Buck (2007, New West)


Acheter Under The Influence Of Buck (2007, Palo Duro)

jeudi 22 novembre 2007

Jerry Jeff Walker - Mr Bojangles (1968)


Jerry Jeff Walker est né Ronald Clyde Crosby le 16 mars 1942 dans l'état de New-York. Passionné dans son enfance par le basket-ball et le rock'n'roll des fifties, il se tournera à la fin de son adolescence vers la musique folk. En 1963 il prend la route comme troubadour pour finalement atterrir au Texas. Il adopte le pseudonyme de Jerry Jeff Walker et forme avec Bob Bruno le groupe Circus Maximus qui offre alors un curieux mélange de folk, rock et jazz. Il quitte le groupe en 1968 pour se consacrer à l'écriture de son premier LP sur Atco. A l'époque Jerry Jeff Walker a le John Wesley Harding de Dylan en tête comme exemple réussi du mariage acoustique/électrique. D'un côté il s'adjoint les services de musiciens issus de la scène acoustique tels que David Bromberg, Jody Stecher (fiddle), Donny Brooks (harmonica) ou Danny Milhon (dobro). De l'autre il invite des fins limiers du jazz et du R&B, notamment le grand Ron Carter connu alors pour son travail avec Miles Davis.
Une grande partie des chansons composant Mr Bojangles furent inspirés par les expériences vécues par Jerry Jeff Walker sur la route. A commencer par l'enlevé Gypsy Songman qui, basé sur une mélodie traditionnelle, est justement un hymne à la vie de nomade. La chanson titre raconte sa rencontre dans une cellule de dégrisement à la Nouvelle-Orléans avec ce fameux Monsieur Bojangles, qui l'impressionna beaucoup.


JJW interprète Mr Bojangles au Dinah Shore Show en 1978

Little Bird fut l'une des premières chansons jamais écrites par Walker. Qu'un songwriter débutant puisse accoucher d'une telle beauté a de quoi laisser pantois d'admiration! Après une incartade aux allures de parodie bluegrass (I Makes Money (Money Don't Make Me)), Walker revient à son thème de prédilection, la route, sur l'exotique Maybe Mexico. L'épique The Ballad of The Hulk est un exercice de style à la Dylan tellement verbeux que Walker lui-même rechignait à le jouer, tellement il avait du mal à se rappeller des paroles! L'album se termine sur le sublime My Old Man, un hommage pudique aux hommes de sa famille, que Walker écrivit avec l'espoir qu'un jour son fils la jouerait en pensant à lui.
Si le premier album de Jerry Jeff Walker n'est pas tout à fait représentatif du reste de sa discographie, il y signe quand même un classique de la musique américaine (Mr Bojangles repris par à peu près par tout le monde de Dylan à Sammy Davis Jr en passant par Nina Simone et... Robbie Williams). Et aussi quelques perles folk qui justifient l'achat de ce Mr Bojangles par tous, et pas seulement les fans inconditionnels de JJW.

Jerry Jeff Walker - Little Bird (MP3)
Jerry Jeff Walker - My Old Man (MP3)


Acheter Mr Bojangles (1968)


lundi 19 novembre 2007

Mark Olson le 26 novembre à la Pomme d'Eve


Encore un concert qui vaudra le coup d'oeil (et d'oreille) : Mark Olson lundi prochain à Paris! Oui vous ne rêvez pas, après Gary Louris en juin dernier, l'autre moitié des feu Jayhawks investira la chaleureuse scène de la Pomme d'Eve pour un live qu'on pressent aussi mémorable que celui de son compère. Pour rappel Mark Olson est l'auteur cette année du sublime The Salvation Blues, album que je vous recommande chaudement!
Vous trouverez toutes les informations pratiques et de réservation sur l'affiche ci-dessus [EDIT = tarif réduit à 15 euros]. Soyez au rendez-vous!

Ecoutez Mark Olson sur sa page MySpace.




jeudi 15 novembre 2007

Lucinda Williams au Trabendo

La grande Lucinda Williams sera en concert ce vendredi au Trabendo. Un évènement à plusieurs titres. D'abord parce que c'est la première fois que la chanteuse honorera une salle française de sa présence. Ensuite parce qu'elle est l'artiste country-rock la plus respectée qui soit et qu'elle est souvent considérée comme l'équivalent féminin d'un Neil Young. Enfin, West, son 8ème album sorti au début de l'année, vient compléter une discographie frappée du sceau de l'excellence. Tout cela étant dit, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

video


mardi 6 novembre 2007

The Sadies - New Seasons


Avec un double-album live (In Concert, Vol 1) et la bande-originale d'un film d'animation (Tales of the Rat Fink) les fans avaient eu de quoi patienter; il n'en reste pas moins que le nouvel album studio des Sadies est un petit événement pour tout amateur de musique cosmique américaine qui se respecte. Trois ans après Favourite Colors, New Seasons replace une fois de plus le Canada - après The Band et Blue Rodeo - aux avant-postes de l'americana, ce genre dont le nom décrit mal les limites géographiques.
Surf, bluegrass, country psychédélique et garage-rock se mêlent sur fond de BO western à la Morricone : la formule n'a pas changé depuis leurs débuts, elle s'est juste améliorée. Mais New Seasons laisse volontiers plus de place aux morceaux chantés et les frères Good semblent plus confiants dans leurs capacités vocales. Il ne serait pas étonnant que Gary Louris (ex-Jayhawks), qui produit l'album et qui en connaît un rayon niveau harmonies vocales, y soit pour quelque chose. Les instrumentaux restent là pour démontrer s'il en était encore besoin la dextérité des musiciens, les duos de guitares de Brian et Dallas Good en tête. Les décors balancent entre pop Byrdsienne et country gothique à la Neko Case (normal de retrouver ce son car les Sadies l'accompagnent souvent) et pour un groupe qui reste souvent muet les paroles offrent pleine satisfaction. Citons le sublime Anna Leigh, et sa belle introduction claviers/choeurs, ballade échevelée sur un angoissant rêve prémonitoire; ou le mortifère mais lumineux Sunset to Dawn. Un fatalisme lancinant parcourt The Trial et l'amertume face à une relation vouée à l'échec prédomine sur Never Again, un des nombreux titres à évoquer les Volebeats, un autre groupe sous-estimé et méconnu.
Comme le suggère sa pochette couleur sépia, New Seasons est un disque idéal pour l'automne mais nul doute qu'il saura s'apprécier plus qu'une saison.

The Sadies - Anna Leigh (MP3)
The Sadies - My Heart of the Wood (MP3)


Acheter New Seasons (2007, Yep Roc)


vendredi 2 novembre 2007

Winterpills - The Light Divides


Le fantôme d'Elliott Smith rôde toujours au-dessus de la musique de Winterpills. Leur premier album ne laissait aucun doute sur cette influence majeure. Leur second, The Light Divides, les confirme en dignes héritiers du chanteur de Portland. Qui s'en plaindra à l'écoute des mélodies gracieuses et des harmonies douces et tragiques de Philip Price et Flora Reed?

Winterpills - Broken Arm (MP3)
Winterpills - Handkerchiefs (MP3)


Acheter The Light Divides (2007, Signature Sounds)