mardi 31 octobre 2006

The Roseline



Ryan Adams occupé à faire du rap, le flambeau de l'alternative-country n'est pas laissé à l'abandon. Avec un groupe comme The Roseline, le genre est entre de bonnes mains. Si Colin Pepper Halliburton, la voix et la tête pensante du groupe, cite volontiers Elvis Costello et Paul Simon parmi ses inspirations pour ce premier album, c'est à Wilco, les Jayhawks et surtout Whiskeytown que l'on pense immédiatement. Cela dit une chanson comme Shakin' Shorts prouve que The Roseline est plus qu'un bon groupe d'imitateurs mais bien un nouvel espoir de l'americana mélodique et mélancolique.

The Roseline - Shakin Shorts (MP3)
The Roseline - Evil (MP3)
D'autres titres en écoute sur leur page MySpace


Achetez A Wall Behind It (2006, auto-produit)

dimanche 29 octobre 2006

The Midnight Hours



Imaginez les Strokes repris en main par Loretta Lynn et vous obtenez un peu ce qui fait le sel de The Midnight Hours. Ces New-Yorkais ont été marqué à vie par le Creedence Clearwater Revival mais heureusement ils ont bien plus de classe que les Kings of Leon. Leurs compos oscillent entre garage, rockabilly et country. Je défie quiconque de résister à Miss Marie, surtout au moment où la voix de Lauren fait son entrée! Le couple Michael/Lauren fait aussi des merveilles sur Get Gone tandis que, toute seule, Lauren s'en sort très bien sur It's Alright. The Midnight Hours viennent nous prouver que New-York a mieux à nous offrir que tous ces groupes disco-punk ennuyeux. Très chaudement recommandé donc.

The Midnight Hours - Miss Marie (MP3)
The Midnight Hours - Get Gone (MP3)
The Midnight Hours - It's Alright (MP3)
D'autres titres en écoute sur leur page MySpace


Leur premier EP, Five Believers, vient de sortir et est disponible sur l'iTunes Store, Napster et Rhapsody.

mercredi 25 octobre 2006

Roy Acuff, the King of Country Music



"To hell with Roy Acuff!", tel était le cri de guerre des troupes japonaises contre l'US Army lors la 2nde guerre mondiale. Voilà qui en dit long sur la popularité du chanteur qui dans les années 40 cotoyait Franck Sinatra en tête du hit-parade.
Pourtant la vocation première du jeune Roy Claxton Acuff né à Maynardville au Tennessee en 1903, c'était le base-ball. Il était d'ailleurs promis à une belle carrière en professionnel jusqu'à ce qu'une vilaine insolation contractée lors d'une partie de pêche ne réduise à néant tous ses rêves.

Roy Acuff décide alors de se former à l'école des medicine shows avant de créer en 1933 son 1er groupe, les Tennessee Crackerjacks. Une chanson définit à elle-seule la musique de Roy Acuff : The Great Speckle Bird. Ce vieux gospel remis au goût du jour lui ouvre les portes du succès, lui permet de décrocher un contrat sur le label ARC et d'enregistrer une session à Chicago, de laquelle sortirent quelques autres de ses classiques notamment Wabash Cannonball.



En 1938, c'est le Grand Ole Opry qui succombe à son talent et en fait un de ses membres permanents. En 1942, Roy Acuff, qui est devenu une star nationale, fonde avec Fred Rose sa propre maison de disques. Durant 2 décennies, la firme Acuff-Rose marqua de son empreinte la légende de la country-music en enregistrant les hits de Hank Williams, des Louvin Brothers ou du couple Bryant pour n'en citer que quelques uns.

La carrière de Roy Acuff en tant que chanteur ne s'arrêta pas pour autant puisqu'il décrocha des hits jusque dans les années 60, avant de se consacrer exclusivement au Grand Ole Opry dont il resta un des symboles et piliers jusqu'à sa mort en 1992.
Le mot de la fin revient à Jeff Tweedy et Jay Farrar pour leur hommage à Acuff-Rose :
"Name me a song that everybody knows
And I'll bet you it belongs to Acuff-Rose"
Uncle Tupelo - Acuff-Rose sur Anodyne

Roy Acuff - Great Speckle Bird (MP3)
Roy Acuff - It Won't Be Long (Till I'll Be Leaving) (MP3)
Roy Acuff - Freight Train Blues (MP3)
Roy Acuff - Wabash Cannon Ball (MP3)


Achetez Roy Acuff The Essential 1936-1949

lundi 23 octobre 2006

Toy Fight - Anagram Dances



Je vous en parlais il y a quelques jours, Toy Fight est mort, mais le groupe survit à travers ce qu'on peut appeler un album posthume, Anagram Dances. Les déjà fans retrouveront les titres qui ont fait les beaux jours de leur page myspace (The Hidden Second, Victim's Hairdo, Minute Song), plus d'autres entêtantes ritournelles répondant aux doux noms de Scientists Having A Good Time, Tiffany, Bob...
Anagram Dances est l'héritage d'un groupe qui nous manque déjà... un héritage que vous pouvez vous offrir pour une somme modique en cliquant ici!

Toy Fight - Victim's Hairdo (MP3)
D'autres titres en écoute sur leur page MySpace


Achetez Anagram Dances (2006, autoproduction)

samedi 21 octobre 2006

Shorties



Noël est dans 2 mois à peine. Il est grand temps de préparer les playlists d'usage! Aimee Mann s'y colle pour un album entier, sortie le 24 octobre. One More Drifter In The Snow contient 8 traditionnels dont un duo avec Grant Lee Philips, et 2 originaux.
Le même jour sort une nouvelle BO de Nightmare Before Christmas (L'Etrange Noël de Monsieur Jack), le film de Tim Burton qui ressort en version 3D. Parmi le casting retenu pour reprendre les morceaux de Danny Elfman, Fiona Apple s'attaque à Sally's Song.

Aimee Mann - I'll Be Home For Christmas (MP3)
Fiona Apple - Sally's Song (MP3)

---------



Ca ferait un beau cadeau de Noël mais hélas, Like, Love, Lust & The Open Halls of the Soul, le nouvel album de Jesse Sykes ne sort qu'en février prochain. Mais consolez-vous, Gorilla Vs. Bear a posté un titre en avant-première (plus un morceau de sunnO))) & Boris sur lequel elle pose sa voix)!

Jesse Sykes - LLL (MP3)
[EDIT : la chanson avec sunnO))) est si belle que je vous la rajoute direct]
sunnO))) & Boris - The Sinking Belle (Blue Sheeps) (feat. Jesse Sykes) (MP3)

---------



Quant à Ben Folds, sans qui ce blog ne serait pas tout à fait ce qu'il est, d'un nouvel album il n'est pas tout à fait question. supersunnyspeedgraphic, the lp est en fait un recueil de faces B, EP, reprises et morceaux écrits pour des BO, le tout remastérisé. Et puis Ben innove puisqu'il donnera un concert depuis Nashville qui sera retransmis en direct sur MySpace. Les fans pourront chatter avec lui en direct et lui demander des chansons à jouer.

Ben Folds - Bitches Ain't Shit (MP3) (reprise de Dr Dre)

---------

mercredi 18 octobre 2006

David Mead - Tangerine



Plusieurs chroniques en témoignent encore, David Mead avait fait forte impression lors de ce qui fut probablement son unique apparition en France en première partie de Foutains of Wayne en 2004. L'histoire d'amour avec notre pays semble hélas s'être arrêté là (si l'on excepte une chanson en hommage à Elodie Bouchez sur 2ème album). C'est dommage car Mead est l'un des artisans pop les plus doués du continent nord-américain.

Pour son 5ème album, Tangerine, David Mead s'est ouvertement inspiré d'un classique de la pop sophistiquée, le Nilsson Schmilsson de Harry Nilsson. Mead y endosse le rôle de multi-instrumentiste et bénéficie de la production luxuriante de Brad Jones. Chaque morceau à sa façon offre un modèle d'arrangements classieux. Du mal nommé Hard To Remenber à l'irrésistible Fighting For Your Life, en passant par Making It Up Again et Hunting Season, ce sont Rufus Wainwright et Ed Harcourt qui ont du souci à se faire : David Mead est un sérieux concurrent. En témoigne aussi Chatterbox, un véritable hymne soul-pop qui rappelle le Josh Rouse de 1972. Quant à la comptine gospel Reminded #1, elle constitue l'écrin parfait à la voix du chanteur. Et ce sont des bijoux comme The Trouble With Henry ou Choosing Teams qui mettent David Mead presque au niveau d'un Ron Sexsmith.

C'est un fait, Tangerine ne souffre d'aucune baisse de régime; c'est, avec celui des Bees (U.S.), un des albums pop les plus réjouissants de l'année.

David Mead - Making It Up Again (MP3)
David Mead - Reminded #1 (MP3)
D'autres titres sur sa page Myspace


Achetez Tangerine (2006, Tallulah!)

samedi 14 octobre 2006

Henry Sparrow - Bird Songs, Volume One

Parlons un peu de la magie de Myspace. Cet instrument communautaire capable à la fois de vous faire découvrir un groupe de popeux qui émerge juste à côté de chez vous et de vous mettre sur la piste d'un songwriter maudit qui fourbit ses armes à quelques milliers de kilomètres de là. Le groupe de popeux en question c'est Toy Fight*, ou plus exactement un de ses membres David, qui m'a mis sur la piste du songwriter maudit qui nous intéresse aujourd'hui, Henry Sparrow.



Originaire de Portland, Oregon, Brent Ballantyne a un beau jour décidé d'émigrer à l'autre bout du pays, dans le comté de Chatham en Caroline du Nord. Après un album sorti en catimini et un autre jamais terminé, Brent traverse une période de doute qui le conduit à se poser des questions sur sa vocation d'artiste. Mais finalement décidé à rebondir, il choisit de reprendre tout à zéro, et quoi de mieux pour ça que de changer d'identité? C'est ainsi que naît son double, Henry Sparrow. Parce que ses expériences précédentes eurent à souffrir de contraintes financières et techniques, avec ce nouveau projet tout serait question de simplicité et d'économie. Le principe tient en une phrase : écrire une chanson par jour, l'enregistrer aussitôt, ne plus y toucher. C'est donc armé en tout et pour tout d'une feuille de papier, d'un stylo, d'une guitare et d'un enregistreur mini-disc que Brent mis au monde les chansons d'Henry Sparrow. En un mois, 21 chansons furent enregistrées et 16 retenues pour intégrer le recueil Bird Songs, Volume One.

Tout commence par le chant d'un coq et d'emblée le ton est donné. Bird Songs n'est pas un hymne à la nature mais l'environnement y est cependant omniprésent. Brent a enregistré ses chansons sans filet, en une seule prise, dans sa ferme des environs de Durham et si un camion venait à passer (ce qui arriva) et bien il prenait simplement sa place dans l'enregistrement. Et il en est de même pour les oiseaux. D'ailleurs Brent, qui n'a pas choisi son pseudonyme au hasard, comme dans la posture du chanteur incompris par ses congénères, semble chanter seulement pour eux. Il leur chante l'histoire de cet illuminé convaincu de la fin des temps (Some Prophet Saw It Happen). Il leur conte le voyage hallucinogène de la petite Annie (Annie Saw The City Of God) ou leur décrit l'emprise du gourou sur ses disciples (Kerosene).

Mais Henry Sparrow n'est pas seulement un fin chroniqueur de nos vies absurdes, c'est aussi un mélodiste hors-pair. L'écoute de douceurs telles que Strike Up The World et Top Hat donnerait au citadin le plus endurci l'envie d'un retour à la nature tant elles respirent le grand air, une sorte de plénitude champêtre. Quant à All Of The Lonely Names, Our Father's Sons et Irene And The Man Of Her Dreams, mine de rien, leurs refrains vous rentrent dans la tête pour ne plus en sortir. Je pourrais continuer comme ça longtemps, Bird Songs contient 16 titres et autant de perles qui ne demandent qu'à être découvertes.

Heureux, décidemment, les oiseaux premiers auditeurs de ces chansons! Quant à vous pauvres humains, protégez les espèces (de songwriter) en voie de disparition, écoutez Henry Sparrow!

Henry Sparrow - Strike Up The World (MP3)
Henry Sparrow - Top Hat (MP3)
Henry Sparrow - Epic (MP3)
Devenez son ami sur MySpace


Achetez Bird Songs, Volume One (2005, Thimble Music) (bel objet aussi précieux que la musique qu'il renferme!)

*Bonne nouvelle, on m'apprend à l'instant qu'Henry Sparrow vient de rejoindre le collectif Toy Fight!


samedi 7 octobre 2006

(Please) Don't Blame Mexico - First Aid EP



Toy Fight
est mort, vive Toy Fight! Alors que Anagram Dances leur très attendu premier album n'est même pas encore sorti, mes outsiders parisiens préférés annoncent déjà leur séparation. Si Toy Fight le groupe n'est plus vraiment, c'est une sorte de collectif qui naît de ses cendres. Car chacun des membres est bien décidé à continuer l'aventure. 1er exemple aujourd'hui : Maxime, le clavier de Toy Fight, et son projet plus ou moins solo (Please) Don't Blame Mexico qui vient de sortir son premier EP. Comme Toy Fight, (Please) Don't Blame Mexico fait partie de cette race de groupes à jamais traumatisés par l'écoute du In The Aeroplane Over The Sea de Neutral Milk Hotel. Je ne sais pas si ça en dit long sur sa musique, mais ça a au moins le mérite de planter le décor... Les amateurs de pop déviante sont donc invités à se procurer (gratuitement) leur exemplaire du First Aid EP en contactant Maxime sur sa page myspace ou à l'adresse suivante : maxime.chamoux(at)yahoo(point)fr (vous avez compris, il faut remplacer ce qu'il y a en parenthèse).
En attendant la réception de votre copie, je vous propose de patienter avec ce titre que j'aime bien mais qui finalement ne s'est pas retrouvé sur l'EP.

(Please) Don't Blame Mexico - Private Jokes About Local Rock Bands (MP3)

Ah j'allais oublier, il y a aussi plein de dates pour (P)DBM :

oct. 16 2006 - LE BARON- PIANO SOLO (+TAHITI BOY) - Paris
oct. 20 2006 - DJ SET (PLEASE) DON'T BLAME MEXICO - THE SHEBEEN - Paris
nov. 9 2006 - POP'IN (KILL ALL HIPPIES NIGHT) - Paris
nov. 11 2006 - OPA - Paris
déc. 12 2006 - TRUSKEL (LOADED ACOUSTIC) - Paris
déc. 28 2006 - LA FLÈCHE D'OR: SOIRÉE LOADED CLUB - Paris

mardi 3 octobre 2006

Eric Bachmann - To The Races



Du chemin a été parcouru depuis les débuts d'Eric Bachmann dans Archers of Loaf. En 1998, le groupe meurt et la formule indie-rock qui contribua à le rendre culte avec. Bachmann préfère s'aventurer dans les contrées country/folk de son nouveau projet, Crooked Fingers. 4 albums de Crooked Fingers plus tard, et après une première expérience solo en 2001 pour la BO du film Ball of Wax sort donc ce sublime To The Races, en forme d'épure du talent de son auteur, entre Nick Drake et le Springsteen de Nebraska.

J'ai du mal à comprendre la quasi-indifférence témoignée à l'égard de cet album. Les rares chroniques que j'ai pu lire à son sujet, bien que bienveillantes, lui accordent tout au plus un caractère anecdotique. En ce qui me concerne, c'est de loin le meilleur album qu'il m'ait été donné d'écouter cette année dans la catégorie singer-songwriter et même l'un des tous meilleurs toute catégorie confondue. J'ai beau cherché, je ne trouve pas chansons plus habitées, plus décharnées et plus profondes (en un mot plus belles) que ces Genie, Genie, Lonesome Warrior, ou Man O' War ( pour n'en citer que 3).

Enregistré dans une chambre d'hôtel au fin fond de la Caroline du Nord, To The Races impressionne par la qualité de ses arrangements minimalistes construits autour du jeu de guitare tout en finesse de Bachmann. Un climat austère donc, mais contrebalancé par les apparitions régulières des choeurs fantomatiques de Miranda Brown et du violon de Tom Hagerman. Sans parler de la voix de Bachmann lui-même qui littéralement vous transperce. Un seul mot s'impose : grandiose.

Eric Bachmann - Man O' War (MP3)
Eric Bachmann - Little Bird (MP3)


Achetez To The Races (2006, Saddle Creek)

dimanche 1 octobre 2006

(Petit) Tour du Web

Ryan Adams fait encore des siennes. Son site web redécoré façon Star Wars nous accueille au rythme de beats hip-hop old-school sur lesquels se pose le flow incomparable de Ryan Adams lui-même. Et oui, l'ex-Whiskeytown se met au rap! Allez écouter les paroles stupides de Look Who Got A Website chez Stereogum qui s'est donné la peine de ripper le rap.

Les nouvelles chansons des Decemberists sont déjà en circulation depuis un certain temps. Pour ceux qui ne sont pas à la page, allez faire un petit tour ici ou sur KCRW pour une session live et faites vous une idée. Personnellement j'avoue être un poil déçu. L'album sort le 3 octobre.

Neko Case rejoint la prestigieuse série des Live From Austin, TX (tiré de l'émission Austin City Limits) du label New West. Une sorte de consécration puisqu'elle y côtoiera des légendes du calibre de Lucinda Williams, Willie Nelson, Johnny Cash ou Steve Earle pour n'en citer que quelqu'uns. Le concert, qui date d'août 2003, est pour des raisons qui m'échappent apparemment (pour l'instant?) seulement disponible en DVD.